Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 00:00

 

Le deuxième présupposé de la méthode déductive est d’ordre anthropologique.

 

Nous l’avons vu en examinant le Phédon de Platon [1] : le corps est considéré comme une "entrave" à la connaissance. "Lorsque c’est avec l’aide du corps [que l’âme] entreprend d’envisager quelque question, alors, la chose est claire, il l’abuse radicalement".

 

Nous sommes ici dans la lignée du premier présupposé [2] : si nous sommes tous des fragments de l’Unique Esprit (de l'Esprit divin), alors nos êtres particuliers sont le résultat d'une division à l'intérieur de l'Un, d'une pulvérisation de l'Un, d'une chute de l'Un dans la matière. La multiplicité matérielle, l’individuation sont vus comme un mal, la conséquence d’une dégradation. "Tombée" dans un corps, l'âme s'y trouve comme dans une prison, de laquelle elle se libérera au moment de la mort, lorsqu'elle s’en détachera pour retourner à sa divine origine.

 

Dans cet univers de pensée, l’âme n’a évidemment aucune information à recevoir du corps – qui est une réalité mauvaise, qui nous éloigne de l'Unité et donc, de la Vérité. Tout au contraire, pour "acquérir vérité et pensée", l’âme devra s’abstraire autant que faire se peut de toute influence sensible afin de ne pas se laisser "troubler" : "C’est en s’isolant le plus possible que l’âme va parvenir à la connaissance de ce qui est." [3]

 

Descartes reprendra à son compte ce dualisme corps/âme de Platon, qui le conduira naturellement vers une métaphysique déductive, entièrement a priori. [4] "Inclinant vers une anthropologie de type platonicien, il [était] tout-à-fait normal [qu’il] adopte aussi une épistémologie de type platonicien."

 

Descartes empruntera également aux philosophes matérialistes leur conception du corps : "L’anthropologie de Descartes, si elle est de tendance platonicienne et idéaliste (…) du côté de ‘l’âme’, associée au corps d’une manière purement extrinsèque (…) – s’apparente fortement [côté ‘corps’] au matérialisme atomiste, et les matérialistes français du XVIIIe, du XIXe et même du XXe siècle sauront en faire leur profit, tout simplement parce que le corps, chez Descartes, n’est pas (…) informé par l’âme. Il peut donc subsister à part et sans information. N’étant pas informé, sa structure, sa composition, sont de type mécanique. Il s’apparente aux machines que l’homme fabrique. Si le corps ou l’organisme n’est pas un système informé, on ne voit pas comment il pourrait recevoir de l’information qui vient du dehors. Si c’est une machine associée à un psychisme (…), il ne peut pas recevoir de l’information. Et d’ailleurs, Descartes nie qu’il y ait de l’information dans la nature, pour lui, tout est mécanique. Il n’y a donc pas à recevoir, de l’Univers et de la nature, l’information qui ne s’y trouve pas. C’est l’exclusion de la méthode expérimentale. Toute connaissance principale devra être obtenue a priori, par pure déduction à partir du moi, à partir du sujet pensant qui se connaît immédiatement lui-même." [5]

       


[1] Cf. notre article du 2 août 2011, "Quand donc l'âme atteint-elle la vérité?"

[2] Cf. notre article du 9 octobre 2011, 1er présupposé de la méthode déductive : "le monde est ma représentation"

[3] Claude Tresmontant, in Sciences de l'univers et problèmes métaphysiques, Seuil 1976, p. 161.

[4] Cf. notre article du 8 août 2011, La métaphysique de René Descartes.

[5] Ibid., pp. 162-163.

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Méthode déductive
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog Claude Tresmontant
  • Le blog Claude Tresmontant
  • : Blog consacré à l'un des plus grands métaphysiciens catholiques du XXe siècle, qui démontra le caractère irrationnel de l'athéisme.
  • Contact

Visiteurs actuels

Recherche

Dailymotion

Les vidéos de claude-tresmontant sur Dailymotion

Archives